frere joseph fmj
Nous sommes tous des mages !
Homélie de   |
le 3 janvier 2021  |
Texte de l'évangile : Mt 2, 1-12

Un jour, ou plutôt une nuit, dans le ciel d’Orient, une étoile ne tourne pas rond…

Une anomalie, une imperceptible nouveauté, un rien qui change tout, qui affranchit de la grande et implacable mécanique céleste, qui met soudain de la fantaisie dans les majestueux rouages du cosmos. Pour un mage d’Orient, ces rouages sidéraux sont ceux de la fatalité : le ciel est la maquette de nos existences, tout y est écrit d’avance, connaître le ciel c’est connaître son destin. Mais alors, une étoile qui ne tourne pas rond, c’est quelque chose d’imprévu, une petite porte pour sortir de la danse inexorable du destin. Ils ont de la joie, les mages, car la nouveauté vient de scintiller dans leur monde réglé comme une horloge, à la fois immense et étouffant.

Un jour, et c’est souvent de nuit, quelque chose ne tourne pas rond dans nos vies. On les croyait écrites d’avance, on se laissait glisser sur la pente de notre destinée sans trop se poser de question ; et voilà que quelque chose fait signe d’un ailleurs, d’une liberté nouvelle, quelque chose nous réveille et si notre cœur est disponible comme celui des mages, cela nous met en route, loin de nos ornières. Abraham était ce premier sage venu d’Orient, il avait besoin d’un ailleurs, il a entendu un appel à la liberté, à l’aventure avec Dieu. Un homme qui savait, lui aussi regarder le ciel et les étoiles. Dans nos vies à tous, il y a la grâce de cet appel, grâce lumineuse et parfois nocturne, une rencontre, mais parfois un échec, le saisissement d’une Présence dans la prière, mais parfois le choc de notre cœur vide… tout cela, pour Dieu, peut devenir signe, un appel à nous mettre en marche. Dieu a pris l’initiative de nous sortir de notre monde trop bien huilé ou trop habituel, il a fait germer un désir, il a commencé à se manifester.

Et puis les mages, bien orientés, tombent sur Jérusalem et sont enseignés par les Ecritures. Ils passent d’une vie guidée seulement par les signes de Dieu, à une vie guidée par la foi. C’est plus sûr d’ailleurs, car les signes peuvent n’être que des mirages, alors que la foi, même aveugle, indique sûrement le chemin. Ainsi Dieu continue-t-il de se manifester, mais désormais à travers sa Parole, et c’est un grand pas, une lumière bien plus précise, sans elle jamais on ne trouverait l’étable de Bethléem. En fait les mages profitent soudain de toute la longue histoire où Dieu s’est manifesté à Israël par sa parole et ses actes. Nous-mêmes, nous sommes chacun de ses mages qui n’y connaissaient rien à la foi et qui par le baptême ont reçu l’héritage de la longue expérience biblique. Comme les mage il nous faut prendre possession de cette héritage vivant et laisser la Parole nous parler à nous personnellement, cœur à cœur. Un texte biblique cache toujours un mot qui va scintiller pour nous, aujourd’hui, comme une étoile dans un morceau du ciel.

Enfin les mages, guidés par le signe de l’étoile, guidés plus encore par la certitude de la Parole de Dieu, marchent encore et cherchent la présence même de Celui qui depuis le début les attire. La foi désormais se transforme en amour, ils trouvent Celui qu’ils ont désiré sans le connaître au long des veilles de la nuit, ils se font petits devant Dieu si petit. Alors Dieu se manifeste pleinement, lui, le même qui fait danser les étoiles, lui si puissant si majestueux, il leur révèle qui il est vraiment, plus profond que toute sa puissance, plus étonnant que toute sa majesté, il se révèle enfant, amour offert et accueillant, amour simplement.

Laissons, frères et sœurs, Dieu se manifester dans nos vies, aujourd’hui, c’est peut-être une chose qui ne tourne pas rond, c’est peut-être une parole qui entre dans notre cœur, c’est sûrement Dieu qui cherche la communion avec vous.

Amen.

© FMJ – Tous droits réservés.